Smoothie Banana

Par quoi remplacer sa traditionnelle tartine beurre-confiture et faire le plein de vitamines dès le matin? Je te le donne dans le mille: un bon gros smoothie bien frais! Pour ça, rien de plus simple, tu attrapes les 3 fruits qui sont par là et c’est parti mon coco! Bon, j’admets qu’il faut quand même être en possession d’un bon blender. J’ai acheté il y a quelques années déjà, le blender KitchenAid Artisan… en rouge, parce que c’est plus beau en rouge (avis clairement très personnel ici). Alors, bien sûr, il en existe des floppées et je ne suis pas du tout là pour t’en faire la revue, mais ce qu’il faut surtout c’est un blender qui mixe à différentes vitesses, souvent présenté aussi en mode (shacker, purée, couper…). Il est important de ne pas trop mixer tes ingrédients pour ne pas les chauffer et altérer leurs nutriments. Il vaut mieux mixer rapidement avec une forte vitesse que longtemps à faible vitesse. Tu me suis?

Bon, une fois ton joli blender dans ta cuisine, voilà ma recette de remplacement. C’est simple, plein de bonnes choses, bio de préférence, et qui vont te faire tenir tranquille jusqu’au lunch. On est d’accord, tu peux remplacer les fruits ici présentés par d’autres, en gros tu peux adapter la recette à tes envies, et aussi ce qu’il y a de dispo dans ta cuisine.

 Banane-orange HD©EGentils-1titre.jpg

Généralement je prends un smoothie après avec été courir, ce que je fais à jeun et très tôt le matin, 2 fois par semaine. Quand je rentre, je me ré-hydrate à l’eau bien sûr et pendant que mon corps régule sa chaleur, je prépare mon smoothie. Tu vas voir c’est vraiment fastoche.

Lire la suite

Granola Super Crunchy

Allez, il est enfin temps de vous livrer ma toute première recette: mon granola tout crunchy homemade. Alors, bien sûr vous pourrez trouver des dizaines de recettes sur le web et les adapter selon vos envies, vos intolérances et ce que vous trouvez dans vos placards. Avec le granola, les possibilités sont infinies… Mais avant tout ça, certains vont peut être se demander ce qu’est exactement le granola, ce mot hyper fashion depuis qu’on devient plus sensible à notre alimentation. C’est pas très compliqué, il s’agit d’un mélange de céréales, de noix sèches, de fruits secs et qui est toasté au four… à contrario du muesli, qui lui ne l’est pas… Simple as That! Petite définition rigolote où comment le granola a plusieurs sens!

Lire la suite

Le vaste Monde des Céréales

Je ne sais pas vous, mais moi, ce que je vais manger pour mon petit déjeuner dépend beaucoup du temps qu’il fait dehors, un peu comme un baromètre de la gourmandise ou de l’humeur. Et en même temps, mon petit-déjeuner semble aussi influer ma journée, son déroulement et mon humeur en général. Les jours pluvieux, moroses et froids, ce sera chocolat chaud et tartines grillées beurrées à la confiture ou purée d’amandes (j’y reviendrai en recette!!). J’ai besoin d’un p’tit-déj-doudou. Un p’tit-déj qui me réconforte et me fait un câlin pour me consoler d’avoir à me lever et surtout m’encourager à affronter une météo capricieuse et pas franchement réjouissante. Les jours de grands soleil, de gazouillis d’oiseaux et d’odeurs fraîches du printemps dès le matin, c’est thé et céréales. Dans les deux cas, il y a fruits frais et ma p’tite cuillère de spiruline en paillettes!

Aujourd’hui, lundi 23 mai, on dit que le printemps est pas mal entamé. Les beaux jours s’installent et durent. C’est aussi le moment où naturellement on mange plus léger, où on change notre alimentation, le matin aussi pour certains. Les céréales le matin, c’est clairement très cool: ça croque et ça craque, avec un bon lait bien froid ou un yaourt un peu épais mais onctueux, c’est vraiment un régal!

Pour le fan de céréales le matin, plusieurs options s’offrent à lui: faire ou faire-faire (un peu comme tout dans la vie en fait!). Alors, évidemment, on peut se la couler douce et remettre notre confiance et notre santé à ce que le monde merveilleux de l’agro-alimentaire nous propose par étal de 25 mètres. Oui, on peut faire ça. Mais quand on fait ça, on est bien d’accord, on choisit un peu la facilité. On choisit la rapidité, on choisit le sur-emballage, ah et on choisit le sucre aussi, beaucoup de sucre. Je me dis aussi qu’en regardant ces paquets ultra-bien-marketés, ce choix incalculable, toutes plus fun les unes que les autres, et surtout la liste à rallonge des ingrédients… et bien je me dis que ces dites céréales n’en ont bien que le nom. Nutritionnellement parlant, le blé complet est l’une des céréales les plus complètes (ah ah!): protéines, acides aminées, fibres, micro nutriments, tout y est bon! Mais beaucoup de marques remplacent ce super blé contre du maïs, nettement plus pauvre. Ajoutez à ça une belle dose de sucre, d’huile de palme, encore du sucre et un peu plus de gras et nous voilà en face d’une belle arnaque alimentaire (une de plus, oui je sais!). Et ne croyez pas non plus que les Special K et autres céréales dites « diet » fonctionnent. Oui vous savez, celles qui vous font croire que vous allez perdre 2 kilos ce matin rien qu’avec un bol, et que vous allez pouvoir enfiler comme un gant votre petite robe rouge qui vous boudine depuis quelques temps déjà. Voyez plutôt:

Alors, vous me direz: « naan mais moi j’ai pas le temps, je bosse moi madame » (genre moi pas du tout!) ou « mes enfants ne mangent que des céréales Lion-Trucmuche » à 5,79€ le paquet de 600gr. Et bien j’ai envie de répondre que le choix reste le vôtre bien entendu (je ne suis pas là pour juger hein!), mais que le temps qu’on passe à pousser le caddie + le temps passé à la caisse le samedi, ben on pourrait juste les faire nous-même ces céréales, pour une fraction du prix, 0 déchet et avec le bon sucre, le bon gras qui eux nous font du bien. Et je vous assure, nos enfants en seront juste dingues! Le mien l’est en tout cas! Que se soit pour le sport, manger plus sainement ou consommer mieux, on est tous assez balaises pour se trouver des petites excuses, moi y compris je le reconnais mais c’est juste une petite question d’organisation… et de bons ingrédients. Des ingrédients de base qu’on peut utiliser pour différentes recettes, salées ou sucrées. Personnellement, j’achète beaucoup « en vrac » et bio. Le concept est simple: tu achètes et paies au poids. J’emmène souvent mes propres contenants ce qui évite en plus les emballages qui filent direct à la poubelle et qui sont donc inutiles, superflus et coûteux.

Tout les mois, je vous donnerai ma petite recette de granola, porridge, muesli homemade et vous prouverai par avoine x huile de coco, que faire ces propres céréales du matin c’est fun, hyper bon, super méga satisfaisant, bon pour la planète, cheaper et super delicious! Tout bon quoi!

Dès demain, la toute première: le crunchy granola! Stay in touch!!!

 

 

Donnez nous notre pain quotidien

Le pain, cette douce et petite chose dont on ne peut guère se passer plus d’un repas, nous les Frenchy. Sous toutes ses formes, il faut avouer qu’on a tous vraiment du mal à ne pas craquer devant une mie légère et moelleuse, une croûte croquante, et l’odeur? Non, moi, je ne résiste pas. Qui n’est jamais allé chercher une baguette fraîchement moulée et se l’est tapée quasi-entièrement sur le chemin du retour avec une tête béate et presque un peu honteuse mais qu’importe! Trop bon et si dur de s’arrêter une fois qu’on attaque le quignon! Qui arrive à résister à une belle et bonne sauce saucée d’un bon pain? D’un fromage bien fait sur un pain à la mie ferme? Le pain, cet ami du quotidien, non, personne n’y coupe. Je n’y arrive pas et je sais que vous non plus!

Mes premiers souvenirs avec le pain, c’est plutôt la rencontre du troisième type. Lui, c’était le livreur de pain. Oui, parce que même si je ne suis pas encore trop vieille, dans ma campagne aveyronnaise, lorsque tout le monde a commencé à fuir pour la ville, les petits commerces de mon tout petit village ont commencé un à un à fermer: le bureau de poste, l’épicerie, le bistrot, l’école… désolation complète de voir ces petites campagnes être désertées ainsi… Donc, vu qu’on était un peu ravitaillés par les corbeaux, le livreur de pain a commencé à venir nous livrer directos devant chez nous. C’était bien le seul avantage à tout ce vide, c’est sûr et pour s’en consoler, on avait au moins du bon pain.

Toujours à même heure, il arrivait un peu à fond la caisse (oui, donc, avec cette expression tout le monde peut maintenant estimer mon âge), klaxonnant à tu-tête dès l’entrée du village pour annoncer son passage éclair. Pas de dérapage au frein à main (en même temps, en 4L, c’était pas super simple!) mais il n’était pas venu trier les lentilles avec vous et taper le bout de gras comme on dit. T’avais plutôt intérêt à avoir tes piècettes prêtes! Bref, tes 2 francs (et bim again!) en poches, tu dévales tes escaliers 4 par 4 (j’ai des grandes jambes!), et arrives un peu chancelante devant le gars. Et là, « non de Zeus » (Doc, Retour vers le Futur, 1985), c’était comme le paradis. Les portes arrières s’ouvrent et offrent un spectacle que je n’oublierai jamais en tant que gosse: le pain frais du matin, bien rangé qui n’attends plus qu’à être dégusté. Il y en avait pour tout les goûts: baguettes, flûtes, gros pains de campagne de plusieurs kilos…. Heaven!

Cette expérience, il faut avouer que ça te marque toute la vie et vous voyez, c’est un peu comme mon premier et mon plus cher souvenir avec le pain. Le deuxième, c’est sûrement quand et comment on le dégustait chez nous ce bon vieux gros pain de campagne. Coupé en grosse tranches épaisses, il passait super bien au grille-pain, un peu, pas trop, pas croustillant mais juste chaud. Avec sa mie moelleuse et ses gros trous, j’adorais tout particulièrement le beurrer à chaud, notamment les trous, ces petites réserves de bon beurre un peu fondu. Le tout recouvert d’une belle couche de confiture maison aux prunes du jardin. Tu en avais plein les doigts et la nappe…. mmmh! Que de souvenirs. C’était là pour moi le début de la gourmandise, celle qui me mènerait à en faire un peu mon métier… Le dimanche soir, nous avions une coutume absolument géniale pour toute personne gourmande justement: le CHOCOLAT DU DIMANCHE. L’idée est simplissime: en gros le dimanche soir tu petit-déjeunes! C’était un peu la solution de facilité pour mes parents mais c’était surtout avoir un gros calin avant d’être dans ton lit. Les hivers, alors rigoureux en Aveyron, faisaient que t’étais en pyjama plutôt très tôt le soir. Un gros bol de lait chaud au chocolat, d’immenses tartines chaudes de beurre et confiture maison, souvent devant Zoro (l’original) dans Disney Channel sur FR3 (et paf, 30 ans dans ta tronche!) et ça te remontait le moral direct quand tu pensais que le lendemain et bien on était lundi. Punaise, je vous jure que ça ne s’oublie jamais.

Racontez moi vos expériences et vos souvenirs avec le pain, les tartines, le chocolat chaud de votre enfance! Vous allez voir, ça fait du bien!

Why Le Breakfast Club?

Je me couche le soir et trouve souvent le sommeil en pensant, non pas à la pile d’emails que je n’ai pas encore traités (oui, des piles d’emails vous dis-je!), à ce que je vais porter pour mon rendez-vous le lendemain matin ou si j’ai envoyé à temps ma déclaration d’impôts … non non. Je pense plutôt à mon petit-déjeuner demain matin, mon déjeuner demain midi et mon dîner demain soir… Une technique prouvée à ce jour et que je vous recommande pour un sommeil détendu et repu. Bon je sais que c’est bien un peu primaire comme songes mais ça a l’effet de me détendre… Allez savoir.

 

Un jour, ou plutôt un soir, à trop penser à ce que j’allais déguster le lendemain, je me suis dis qu’il fallait bien que je fasse quelque chose de tout ça. Outre trouver de l’inspiration pour mes photos quotidiennes, pourquoi ne pas se mettre un peu à nu et à l’écrit? Ben oui quoi? Je parle avec mes photos moi d’habitude!… L’exercice me semblait déjà périlleux mais petit à petit l’idée a germée. Il fallait trouver une ligne directrice,un truc qui m’alimente, pas un sujet trop général (food / restaurants / recette / bio),  au contraire, un sujet bien précis puis faire le grand saut.

7f05ccdc3516ecbef5a1918398afb81a.jpg

C’était facile et là, sous mes yeux… ou plutôt sous mes narines. Le matin c’est pas très compliqué. Ma moitié se lève plus tôt, genre vraiment plus tôt. Il fait son café avec une petite cafetière italienne tannée et grille quelques tranches de pain noir. Les douces odeurs caramélisées dansent jusqu’à mon lit et me chatouillent les narines. J’entends le grille-pain qui termine sa cuisson, le café qui monte et le couteau qui fait crrrr crrr  en beurrant la tartine. Tout ceci m’ouvre déjà l’appétit, l’oeil encore fermé… La journée peut commencer, je suis d’humeur gourmande!

 

Le Breakfast Club c’est cette façon de célébrer, de commencer, d’inaugurer chaque jour aussi simplement et naturellement qu’il soit. A l’heure où tout va trop vite (sens figuré et propre, oui on est souvent à la bourre à l’école!), comme il est bon de prendre le temps des bonnes choses.
Se lever et passer une journée du bon pied! Qui n’a pas entendu « le petit-déjeuner est le repas le PLUS important de la journée »?? Allez? Qui?…. et oui, personne!

Ah et puis, si t’es un enfant des années 80 comme moi, le teen movie « Breakfast Club », ça te parle forcément…

 

Bien le Bonjour!

La boule au ventre.

Cette première phrase qu’on reprend 6 fois, qu’on efface, qu’on réécrit.

Cette envie de ne pas rater la chose car ce sont les toutes premières lignes de notre nouveau carnet.

Me voilà officiellement enfin lancée dans cette nouvelle aventure qu’est le blog et qu’il faut apparemment connaître, m’as t-on dit un jour. C’est à présent chose faite et je ne vous cache pas une certaine excitation à cette nouvelle occupation.

Case initiale incontournable, la présentation !

Moi, c’est Emilie. Maman d’un adorable monstre de 9 ans nommé George et wife-to-be, je vis aujourd’hui mes pérégrinations gourmandes dans ma ville d’adoption : Toulouse et un peu partout aussi dès que possible.IMG_57602

Dans la vraie vie, je suis photographe culinaire (www.thefoodeye.com). Autrement dit, je passe une grande partie de mes journées à côté, pas loin, toujours en présence de doux petits plats. Un supplice à certains moments je ne vous le cache pas, un vrai plaisir la majeure partie du temps. Car oui, je suis gourmande, très… très, très gourmande et j’ai décidé très tôt dans mon enfance que j’utiliserai cette gourmandise au service des autres.

Après une carrière dans la restauration sur Londres, notamment, je prends un virage professionnel à 90 degré suite à la naissance de mon fils en 2007. Fini le management de restaurant, je deviens photographe mais reste dans mon domaine de prédilection : la gastronomie. Ca c’est pour la petite histoire, la suite dans mes articles…

Ah, au fait, je préfère prévenir d’emblée : ceci est aussi pour moi un énorme exercice d’écriture, une performance, un challenge, une pirouette quotidienne ! Soyez indulgents avec moi hein? Pour info, j’ai retrouvé dernièrement de vieux bulletins de notes et sans surprise j’ai revu l’un de commentaires élogieux de ma prof de français: « Est capable du meilleur comme du pire »!! Ah Ah! Pourvu qu’on ait ici le meilleur!

 

Merci chère Lucie Paimblanc du  beau blog www.jeveuxtoutgouter.com pour cette photo…